Logo BNP Paribas

Accueil

:: Calculer votre retraite ::

Sur quoi repose le calcul de ma retraite  ?

Le déroulement de la vie active, sa durée, tout comme les événements familiaux qui ponctuent l’existence, sont autant de facteurs à prendre en compte quand vient le moment de préparer votre retraite.

1) Sur mon statut professionnel

La retraite des salariés du secteur privé, cadres ou non-cadres, se compose d'un régime de base commun à tous et d’un régime complémentaire obligatoire, géré par différentes caisses.

Régime de base

Le montant de la retraite de base est calculé en fonction :

Le nombre d’années pris en compte pour calculer le SAM dépend de la date de naissance et de l’année du départ à la retraite.
Si vous prenez votre retraite avant le 1er janvier 2008, le nombre d’années variera entre 10 et 24, selon votre date de naissance. Après le 1er janvier 2008, votre SAM sera calculé sur la base des 25 meilleures années, quelle que soit votre année de naissance.

Le taux de liquidation est calculé en fonction des trimestres d’assurance retraite validés. Le taux dit « plein » correspond à 50 % du SAM, calculé sur la base des meilleures années.

Retraites complémentaires

La retraite complémentaire des non-cadres est gérée par l'Association des régimes de retraite complémentaire (ARRCO. Sur Internet: http://www.arrco.fr) ; celle des cadres est gérée par l'Association générale des institutions de retraite des cadres (AGIRC. Sur Internet : http://www.agirc.fr).

Les pensions des régimes complémentaires sont évaluées selon un système de points accumulés durant votre carrière. Le montant correspond à la somme de points multipliée par la valeur du point en vigueur lors de votre départ en retraite. Le nombre de points peut, par ailleurs, être augmenté gratuitement, en fonction, par exemple, du nombre d’enfants élevés.

En cas de départ anticipé à la retraite – entre 55 et 60 ans – le montant de la pension perçue au titre du régime complémentaire sera minoré. Pour un départ entre 60 et 65 ans, aucune minoration n'aura lieu, à condition que la retraite de base soit liquidée à taux plein.


2) Sur mon parcours professionnel

Multipensionnés

Si, au cours de votre vie active, vous avez alterné des fonctions non-cadres et des fonctions cadres, il conviendra de vous rapprocher des deux caisses de l’ARRCO et de l’AGIRC.

Le montant de la pension est égal au total des pensions de chaque régime auquel vous avez cotisé durant votre carrière professionnelle.

Fonction publique
Temps partiel et intérim

La loi du 21 août 2003 portant sur la réforme des retraites offre, sous certaines conditions, la possibilité de cotiser sur la base d'un salaire à temps plein.

Etudes supérieures

Jusqu’à présent, les années d’études n’étaient pas comptabilisées dans le calcul de la retraite. Depuis la loi du 21 août 2003, il est possible de racheter des trimestres de cotisation correspondant aux années d’études supérieures, à condition de respecter deux conditions :

Petits boulots

Vous avez travaillé comme étudiant, comme saisonnier, comme stagiaire rémunéré pour le compte d’une ou plusieurs entreprises : un trimestre sera validé si vous pouvez justifier d'une rémunération annuelle égale au montant du SMIC horaire x 200.

Contrat d’apprentissage

Les cotisations au titre d'un contrat d'apprentissage étant faibles le plus souvent, elles ne permettent pas donc toujours la validation de 4 trimestres par an. Il est cependant possible de régulariser la situation en versant à l’URSSAF les trimestres manquants.

Contrat emploi solidarité
Rémunération au SMIC

La loi du 21 août 2003 prévoit de revaloriser le « minimum contributif », entre 2004 et 2008, afin de garantir une retraite au moins égale à 85 % du SMIC à toute personne ayant accompli toute sa carrière payé au SMIC.

Période de RMI

La période durant lesquelle vous avez perçu le revenu minimum d'insertion (RMI) sera prise en compte à condition de pouvoir justifier 60 trimestres de cotisation retraite ou de périodes reconnues équivalentes avant vos 60 ans : vous bénéficiez alors d’un dispositif spécifique, l'allocation équivalent retraite (AER).

Période de chômage
Travail avant 17 ans

Depuis la loi du 21 août 2003, si vous avez commencé à travailler très tôt, vous pourrez partir en retraite avant 60 ans sous certaines conditions.
Le décret du 31 octobre précisent que les personnes ayant commencé à travailler à 14, 15 ou 16 ans pourront, partir à la retraite à un age compris entre 56 et 59 ans, si elles ont travaillé pendant une durée minimale sous conditions de durée d'assurance validée et cotisée et de début d'activité.

Travail à l'étranger
Préretraite

La loi du 21 août 2003 réduit les dispositifs de préretraite à quelques cas précis :

Cumul emploi-retraite

Les règles de cumul entre revenus d’activité et pension vont être assouplies par la loi portant réforme des retraites.
Vous pourrez même, après un délai de 6 mois, retrouver votre ancien employeur : les revenus tirés de cette activité seront cumulables avec votre retraite, dans la limite du dernier salaire perçu.


3) Sur les événements de ma vie

Enfant

Vous bénéficiez d'une bonification du montant de votre pension de retraite de 10 % à condition d'avoir eu ou élevé trois enfants.
Pour les femmes, chaque année d’éducation d’un enfant apporte un trimestre de cotisation supplémentaire, dans la limite de 8 trimestres par enfant.

Enfant handicapé

Vous bénéficiez d'un trimestre de cotisation supplémentaire par période de 30 mois d'éducation d'un enfant lourdement handicapé, dans la limite de 8 trimestres par enfant.

Congé parental

Les trimestres que vous avez passés en congé parental sont intégrés à la durée d'assurance.

Service militaire

Votre période de service militaire est intégrée dans le calcul de la durée d'assurance, dans la limite de 4 trimestres.

Trimestres manquants

Il sera possible, à partir du 1er janvier 2004, de racheter les trimestres manquants de certaines années, notamment si vous avez suivi de longues études (voir le point : études supérieures), dans la limite de 12 trimestres.

Travailleur handicapé

Vous percevez une pension d’invalidité ou une rente d’accident du travail pour une incapacité de travail d’au moins 2/3 : dans tous les cas, à 60 ans, votre retraite sera liquidée au « taux plein », indépendamment de votre durée de cotisation.

Veuvage

En cas de décès, avant ou pendant la retraite, votre conjoint(e) peut bénéficier de 54 % du montant de votre retraite de base et d’une partie de votre retraite complémentaire, à condition :

La condition d’âge devrait être progressivement abaissée à partir du 1er juillet 2004.

:: Navigation ::